Bienvenue

Mes autres sites :

EDUPHILOSOCIO
https://sites.google.com/site/eduphilosocio/
DÉBUTS EN ENSEIGNEMENT
https://sites.google.com/site/debutsenenseignement/

Pour me rejoindre : Stemar63@gmail.com

dimanche 9 janvier 2011

Brèves notes sur la question de la professionnalisation des enseignants

Il y aurait trois principaux sens du mot profession :

Profession de foi (déclaration publique)…une activité qui se professe, explicitation des savoirs, rationalisation par le langage, dépasser les apprentissages locaux….

Occupation déterminée dont on peut tirer sa subsistance…définition proche de métier…elle se distingue toutefois de l’amateurisme…il y a professionnalisation lorsqu’une occupation de gratuite devient payante.

Métier de prestige par son caractère particulier (professions savantes)…la profession repose alors sur un savoir savant et non pas seulement sur la pratique : développer le raisonnement …la profession travaille sur des cas particuliers qui ne peuvent se contenter de mesures standardisées.

La professionnalisation serait un processus qui influencerait :
L’activité qui devient un métier;
Le groupe dont le statut est rehaussé et le pouvoir aussi;
Les savoirs qui se rationalisent, se diversifient, se précisent, se traduisent en compétences;
Les individus qui transforment leurs pratiques et leurs manières d’être (socialisation professionnelle);
La formation qui devient orientée vers la pratique professionnelle.

Quant à elle, la professionalité signifierait : ce qui est du domaine professionnel.
Ce terme peut porter sur : l’activité ou la personne.

On peut considérer qu'il y a deux visions opposées qui mettent l'accent sur des caractéristiques spécifiques pour définir le processus de professionnalisation :

Le modèle fonctionnaliste :
Savoirs savants (universitaires)
Contrôle de l’activité (corporation)
Contrôle de la formation (accréditation)
Prestige (reconnaissance légale)

Au regard de ces critères les enseignants ne forment pas une vraie profession.

Le modèle critique :
Processus politique et non pas un processus d’approfondissement des savoirs et des valeurs.
Les fonctionnalistes n’auraient que théorisé l’idéologie des professions et non pas analysé leur «vraie» nature.

Au regard de cette analyse on peut parler de prolétarisation de l’enseignement car ce métier semble avoir perdu du pouvoir sur : les programmes; la formation; l’exercice du travail; les savoirs.

UNE RÉFÉRENCE UTILE :

Lang, V. (1999). La professionnalisation des enseignants. Paris: PUF.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire