Bienvenue

Mes autres sites :

EDUPHILOSOCIO
https://sites.google.com/site/eduphilosocio/
DÉBUTS EN ENSEIGNEMENT
https://sites.google.com/site/debutsenenseignement/

Pour me rejoindre : Stemar63@gmail.com

samedi 8 janvier 2011

La raison instrumentale dans l'hypermodernité

L'individu de l'hypermodernité est l'ultime référence. Or, sa conscience est toute acquise à la raison instrumentale. Cette raison instrumentale est tournée vers la prise en compte, de manière prioritaire, de l'utile, du pragmatisme. L'hypermoderntité peut certes produire des individus autonomes et à l'esprit critique, toutefois, elle produit aussi beaucoup de solitude et fragilise la morale. En somme, la raison instrumentale peut être vue comme un ennemi de la démocratie.

3 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. En m'appuyant sur les écrits de Tocqueville, je crois plutôt que c'est l'individualisme qui produit beaucoup de solitude et fragilise la morale. L'individualisme est une conséquence de la démocratie, selon Tocqueville :
    « L'individualisme est d'origine démocratique, et il menace de se développer à mesure que les conditions s'égalisent ». Il nous met également en garde contre l'égalité : « On peut imaginer un point extrême où la liberté et l'égalité se touchent et se confondent. [...] La passion d'égalité pénètre de toutes parts dans le coeur humain, elle s'y étend, elle le remplit tout entier. Ne dites point aux hommes qu'en se livrant ainsi aveuglement à une passion exclusive, ils compromettent leurs intérêts les plus chers, ils sont sourds. Ne leur montrez pas la liberté qui s'échappe de leurs mains, tandis qu'ils regardent ailleurs ; ils sont aveugles, ou plutôt ils n'aperçoivent dans tout l'univers qu'un seul bien digne d'envie. [...] Les hommes ne sauraient jouir de la liberté politique sans l'acheter par quelques sacrifices, et ils ne s'en emparent jamais qu'avec beaucoup d'efforts ». La perte de notre liberté politique serait ainsi une conséquence de l'égalité. Et quant à moi, sans liberté politique, un état sous un régime démocratie court à sa perte. Qu'en pensez-vous ?

    RépondreSupprimer