Bienvenue

Mes autres sites :

EDUPHILOSOCIO
https://sites.google.com/site/eduphilosocio/
DÉBUTS EN ENSEIGNEMENT
https://sites.google.com/site/debutsenenseignement/

Pour me rejoindre : Stemar63@gmail.com

mardi 30 juillet 2013

Une réflexion intéressante sur la science

Lévy-Leblond, J.-M. (2013). Le grand écart. La science entre technique et culture. Paris : Éditions Manucius.


Lévy-Leblond, J.-M. (1996). La pierre de touche. La science à l'épreuve. Paris : Gallimard. 

Une classe sociale qui comprend bien ses intérêts

On dit que le concept de classe sociale est dépassé. Ce n'est pas totalement faux. Mais cela ne fait pas disparaître pour autant la notion d'intérêts communs à certains «groupes sociaux». Ainsi, force est de constater qu'aucun groupe social ne présente autant de cohésion et ne défend avec plus d'efficacité ses intérêts que ce que l'on nommait à l'époque de Marx «les grands bourgeois».

Une économie remise un jour à sa place ?

Saurons-nous faire en sorte un jour que l'économie redevienne une activité humaine parmi les autres - ce qu'elle n'aurait dû jamais cesser d'être - plutôt que de subir à jamais sa domination sur (presque) tous les aspects de notre vie ? 

Lire et relire l'oeuvre géniale du grand sociologue Michel Freitag.

Invitation dénaturée ?

Que reste-t-il aujourd'hui de l'invitation de l'oracle faite à Socrate, «connais-toi, toi-même» ?

Ignorance

Il est plus aisé de se croire savant que de s'avouer ignorant.

Refus du savoir

Plus un savoir remet en question nos convictions, plus nous refusons sa légitimité.

Science et technique

La technique tue graduellement la science.

vendredi 26 juillet 2013

Les vrais incroyants !

En ce qui concerne l'existence de Dieu, il est de coutume de nommer ceux qui y croient «les croyants» (en fait, des théistes) et ceux qui n'y croient pas des athées. Le terme de croyants pour désigner ceux qui croient en Dieu afin de les opposer aux athées (ceux qui n'y croient pas) me semble mal choisi (même s'il est passé dans les mœurs et dans les dictionnaires). En effet, force est de constater que, tant les premiers que les seconds, ne peuvent prouver hors de tout doute que leur conviction est la bonne (la réalité). Ainsi, les uns comme les autres sont, vis-à-vis de ce qu'ils pensent être vrai, dans un rapport de croyance. Les théistes croient en Dieu et les athées croient qu'il n'existe pas. En somme, les deux frères ennemis sont des croyants. On devrait alors dire : «Les croyants de son existence et les croyants de son inexistence». Il me semble que ce serait plus juste (bien que cela ne soit pas vraiment commode). Finalement, les agnostiques (ceux qui ont suspendu leur jugement en la matière, ceux qui ne savent pas, ceux qui doutent tant de l'existence de Dieu que de son inexistence ou, encore, ceux qui pensent qu'on ne peut se prononcer définitivement sur la chose) sont peut-être les seuls véritables incroyants.

Tom Sharpe (auteur anglais)

Pour qui aime l'humour vitriolique, à la sauce «british» ...
quatre bouquins de Tom Sharpe :

  • WILT 1, 
  • WILT 2, 
  • WILT 3, 
  • WILT 4,

du nom de son personnage principal Henry Wilt ...
aux éditions 10 / 18 (PARIS).

mercredi 24 juillet 2013

Un des dilemmes du savoir

Si la religion de l'expertise peut être totalitaire et donc anti-démocratique, la religion de l'égalitarisme peut annihiler la pensée.

mardi 23 juillet 2013

À lire

Fottorino, Éric (2013). Suite à un accident grave de voyageur. Paris : Gallimard. 63 pages

Réflexion sur notre manière de réagir devant le malheur des autres à partir d'une discussion sur des cas de suicides (ceux qui se jettent devant un train)...réflexion qui débouche sur le constat de notre solitude et de notre incapacité à communiquer. Tableau de notre monde contemporain en ce qu'il est déshumanisant. Bouquin très court mais vraiment puissant !

Le mal...encore !

La question du mal demeure un défi pour la philosophie, pour les religions, pour l'être humain. Au delà des explications niaises et des raccourcis faciles, le philosophe et théologien Marcel Neusch présente de manière limpide la (les) vision (s) chrétienne (s) du mal en ne faisant pas l'impasse sur les débats internes à l'Église et sur les interrogations que le monde moderne lui lance. Captivant pour quiconque s'intéresse à cette question du mal, croyant ou non !

Neusch, M. (2007). L’énigme du mal. Paris : Bayard. Nouvelle édition.

samedi 20 juillet 2013

jeudi 18 juillet 2013

D'autres finalités

Bien entendu, il n'y a jamais eu d'âge d'or. Chaque époque recèle ses points sombres, aucune n'est parfaite. Certaines ont même connu des drames atroces. Toutefois, il y eu des époques où l'honneur, la foi, le respect des traditions et des Dieux, la recherche de la gloire, de la vérité ou de la perfection dans son art étaient des finalités hautement valorisées. Il y eu donc des époques où l'enrichissement personnel ne constituait pas l'objectif le plus louable (il y eu même des mondes où cela ne signifiait rien). Dans nos sociétés cependant, ces finalités sont en passe de devenir incompréhensibles.

Un horizon étriqué

Aucune époque - sauf la nôtre - n'a pu croire que l'horizon indépassable de l'être humain était la recherche des biens matériels.

lundi 15 juillet 2013

Nos démons

Depuis l'aube des temps, l'être humain combat ses démons intérieurs ...ou s'y abandonne.

samedi 13 juillet 2013

Le royaume de l'instant

Aller au fond des choses, étudier longuement un phénomène, prendre le temps de réfléchir, réserver son jugement à plus tard, autant de «postures» devenues bien difficiles à tenir en ce monde dominé par l'exigence de réaction en «temps réel» (qu'elle étrange expression quand on y pense...) et donc par l'instantanéité.  

mardi 9 juillet 2013

Notre monde 6

Une profonde convergence entre les puissances de l'argent et celles de la politique au détriment de la société elle-même.

Notre monde 5

Des médias qui, pour la plupart, sont inféodés aux puissances économiques et qui ne diffusent que des opinions convenues jamais réellement critiques à l'égard de l'ordre socio-économique.

Notre monde 4

Des gouvernements qui semblent avoir perdu tout sens du devoir envers ceux qui les ont élus pendant qu'ils font des courbettes devant leurs maîtres ...ceux de la finance.

Notre monde 3

Des citoyens obligés de combattre leur gouvernement pour l'obliger à penser au bien commun.

Notre monde 2

Des citoyens de plus en plus soupçonnés et espionnés pendant que les grandes compagnies ont les coudées franches.

Notre monde 1

Des libertés individuelles qui diminuent pendant que la liberté des marchés s'accentue !

lundi 8 juillet 2013

Sens de la vie

La vie n'a pas de sens ? Elle a tout de même celui d'aller vers la mort.

jeudi 4 juillet 2013

Démocratie?

Oligarchie ou ploutocratie, c'est selon...une chose est sûre, nous ne vivons pas dans une réelle démocratie.

lundi 1 juillet 2013

Une raison au combat

La raison n'a jamais fini de se battre contre la bêtise, la cupidité, l'ignorance et la sauvagerie. Son combat est perpétuel, chaque victoire est partielle et fragile. Chacun de ses reculs exige d'elle toujours plus de courage  et de persévérance.

Les petites choses

C'est souvent dans les modestes entreprises et dans les choses du quotidien que l'être humain se révèle le plus grand en humanité. 

Jour de fête ?

1er juillet, fête du Canada...un pays toujours plus décevant chaque jour !