Bienvenue

Mes autres sites :

EDUPHILOSOCIO
https://sites.google.com/site/eduphilosocio/
DÉBUTS EN ENSEIGNEMENT
https://sites.google.com/site/debutsenenseignement/

Pour me rejoindre : Stemar63@gmail.com

samedi 30 juillet 2016

Idée utile

Comme il est utile aux puissances économiques de faire croire aux gens que la société n'est là que pour nous nuire (et qu'elles, bien entendu, sont là pour notre bien).

Pas de respect

Je n'ai aucun respect pour tout ceux qui, ayant de belles maisons, des voitures luxueuses, de grandes piscines et de beaux vêtements, se plaignent sans arrêt d'être saignés à blanc par l'État.

Confusion

Quand on confond accumulation d'informations et intégration de savoirs, on ne comprend plus ce qui fait la particularité et la richesse de l'apprentissage humain.

jeudi 28 juillet 2016

Perdre l'essentiel

À ne chercher que son bien-être économique, on perd l'essentiel de ce qui fait la valeur de notre existence.

Une vie

On met tout une vie à se rendre compte qu'une vie c'est si court.

mercredi 27 juillet 2016

Les comptables au pouvoir

Quand on confie les rênes du pouvoir à des gens qui n'ont qu'un esprit comptable, on ne doit pas s'attendre à ce que la société soit dirigée autrement qu'une vulgaire industrie.

Une anthropologie de pacotille

L'anthropologie proposée par la pensée économique dominante est d'un réductionnisme et d'un simplisme affligeants

Un antihumanisme

L'individualisme mis de l'avant par le libéralisme économique est une idéologie antihumaniste.

Filtre déformant

Pour qui pense le monde qu'à travers le seul filtre de la croissance économique, la fierté culturelle n'a aucun sens.

Indépendance

Le Québec a refusé par deux fois l'indépendance. Aujourd'hui, il se meurt à petit feu. Certes le Québec n'est pas un désert mais ce qui faisait son originalité dans le grand tout anglophone de l'Amérique du Nord est en train de disparaître. La nation québécoise ne semble plus vouloir se distinguer du reste du Canada. En fait, elle ne semble plus vouloir se penser en tant que nation. Son horizon est de se fondre dans une masse homogène.

mardi 26 juillet 2016

Compromissions

Dans la vie, nous finissons tous - sauf exception - par faire quelques compromissions. L'important est de ne pas faire de notre vie une suite de compromissions.

Propos d'une grande dame du Québec

Ferretti, Andrée (2016). Fulgurance. Textes choisis. Préface de Djamila Benhabib. Postface de Fannie Bélanger-Lemay. Québec : PUL.

Intellectuelle éprise de liberté, humaniste, politiquement à gauche, une figure phare du mouvement indépendantiste du Québec.

lundi 25 juillet 2016

Quelques ouvrages appréciés...

·         Agamben, Giorgio : La guerre civile.
·         Agamben, Giorgio : Qu'est-ce que le commandement ?
·         Angenot, Marc : En quoi sommes-nous encore pieux ?
·         Badiou, Alain : D’un désastre obscur. Droit, État, Politique.
·         Boghossian, Paul : La peur du savoir. Sur le relativisme et le constructivisme de la connaissance. 
·         Colliot-Thélène, C. et Guénard, F. : Peuples et populisme.
·         Crespi, Franco : La maladie de l'absolu. L'origine du mal et la recherche du bien.
·         Deneault, Alain et al. : L’austérité au temps de l’abondance.
·         De Saint-Cheron, M. : Entretiens avec Emmanuel Lévinas.
·         Eco, Umberto : Confessions d'un jeune romancier.
·         Graeber, David : Pour une anthropologie anarchiste.
·         Grand’Maison, J. : Ces valeurs dont on parle si peu.
·         Jerphagnon, Lucien : L’homme qui riait avec les dieux.
·         Laberge, Marie : Treize verbes pour vivre.
·         Lévinas, Emmanuel : Nouvelles lectures talmudiques
·         Lévinas, Emmanuel : La compréhension de la spiritualité des cultures française et allemande.
·         Monnin, Nathalie : Une histoire de la vérité. 
·         Roy, Simon : Ma vie rouge Kubrick.
·         Steiner, Georges : Les logocrates.
·         Strenger, Carlo : Le mépris civilisé.
·         St-Onge, J.-C. : Tous fous ?
·         Vigneault, Robert : Dialogue sur l’essai et la culture.

Un buffet gigantesque

Même en lisant beaucoup et en vivant longtemps, on ne goûte qu'à une infime partie des livres existants en ce monde. De quoi nous rendre tous humbles.

Un danger du savant

Un des grands dangers pour tout savant c'est de se croire sage en raison même de sa science.

samedi 23 juillet 2016

Refuges

Quand la bêtise et la brutalité du monde m'étouffe, je trouve la quiétude dans la musique (classique) et la lecture (surtout la philosophie), deux univers où l'être humain a su se faire beauté et intelligence.

vendredi 22 juillet 2016

mercredi 20 juillet 2016

Pour voir le Moyen Âge autrement

Blais, Martin (1997). Sacré Moyen Âge ! Montréal : Fides. 

Édition numérique «Les Classiques des sciences sociales» complétée le 3 mars 2005 à Chicoutimi, Ville de Saguenay, province de Québec, Canada.

http://classiques.uqac.ca/

Argent et pouvoir

Nous avons remis le pouvoir entre les mains de ceux qui n'ont pour Dieu que l'argent.

Sens de la vie

On ne peut rien attendre de quelqu'un dont le sens de la vie se réduit à son dernier achat.

Démantèlement

Nos élus au pouvoir à Québec démantèlent les services prodigués par l'État, sachant très bien qu'en ce qui les concerne ils peuvent se les payer au privé. Voilà leur vision du bien commun!

mardi 19 juillet 2016

L'angoisse des élites

Pour l'élite économico-politique rien de plus angoissant qu'une population vraiment instruite et soucieuse de ses intérêts.

Des élus vendus

Des élus vendus au néo-libéralisme appauvrissent une nation au profit d'un très petit nombre.

Reconduction de l'exploitation

Élire à la tête de l'État des banquiers, des financiers et des entrepreneurs c'est élire des gens qui ne souhaitent que la reconduction de l'exploitation des masses pour leur plus grand profit.

Formation pour nos politiciens

Tous nos politiciens devraient avoir reçu une solide formation en histoire, en philosophie et en sociologie.

Apprendre

Apprendre exige des efforts, nous l'avons oublié.

L'art qui ne dérange pas

L'art est toujours plus rassurant si on le réduit à un simple divertissement.

Mémoire et conscience

Une société sans mémoire est une société sans conscience.

Sombre constat

Les citoyens du futur feront un sombre constat de notre époque où les richesses se concentrent de plus en plus entre les mains de quelques-uns. 

lundi 18 juillet 2016

Pour qu'il y ait démocratie

Sans éducation, sans rationalité, sans culture commune, la démocratie est impossible.

Limite de l'argumentation

On ne peut argumenter avec quelqu'un qui ne se fie et ne réagit que sur la base de ses émotions.

Rationalité et émotions

Plus la rationalité instrumentale dicte nos vies (notamment à travers l'économie et les technologies) et s'impose comme la seule rationalité légitime, plus les gens tournent le dos à la rationalité pour se fier d'avantage à leurs émotions. 

Exigence démocratique

La démocratie est un régime politique exigeant. Or, nous allons à l'encontre de cette exigence.

samedi 16 juillet 2016

Un désert culturel et une oasis de bêtises

Au Québec la programmation des médias est devenue si insipide, si bassement racoleuse, que toute personne qui aime un tant soit peu la grande culture (littéraire et musicale, évidemment, mais aussi la philosophie et les sciences humaines et sociales) ne trouve à toute fin pratique plus rien pour satisfaire ses goûts. Dans la belle province, en onde, on badine, on rit, on écoute des chansons idiotes, on fait du placement de produit (ce qui inclut les vedettes à vendre) et, quand on veut être un peu sérieux, on parle économie (en restant au niveau d'un enfant de quatre ans et, surtout, en prenant soin de reproduire la doxa) ou on présente l'actualité (en ayant soin de beaucoup parler des médias eux-mêmes). Nos ondes sont un désert culturel et un oasis de bêtises. Ah oui, je sais, disant cela je suis automatiquement classé dans la catégorie vieil élitiste grincheux et nostalgique.

Parvenu

Vous pouvez toujours compter sur un parvenu pour justifier son arrivée.

Un idéal de vie

L'idéal de vie du Québécois lambda : payer le moins possible d'impôts, se divertir à n'en plus finir...ah oui, il faut aussi ajouter, ne surtout pas réfléchir!

Faire confiance

On peut faire confiance aux entrepreneurs, aux financiers et à leurs laquais du gouvernement pour vendre notre province jusqu'à ce que l'inventaire soit complètement vide.

Des compétences non transférables

Au Québec la preuve est faite, les compétences en médecine ne sont pas transférables en politique.

À vos armes

Nous armons le monde et celui-ci nous renvoie tout ça à la figure!

Sécurité

Et je vois mourir à petit feu nos libertés sur le bûcher de la sécurité!

Haine

Que de haine l'être humain est-il capable de jeter à la figure de ses semblables!

jeudi 14 juillet 2016

Avoir tort

Pessimiste je le suis ... mais j'espère que l'avenir me donnera tort.

Bêtise

La bêtise est plus populaire que l'intelligence, elle demande moins d'effort.

mercredi 13 juillet 2016

Acharnement

Rien de plus acharné à se défendre que celui qui défend ses privilèges.

Jacques Grand'Maison : un homme qui nous aide à penser le Québec

Grand'Maison, J. (2015). Ces valeurs dont on parle si peu. Essai sur l’état des mœurs au Québec. Montréal : Les Éditions Carte blanche.

Grand'Maison, J. (2007). Pour un nouvel humanisme. Montréal : Fides.

Grand'Maison, J. (2003). Questions interdites sur le Québec contemporain. Montréal : Fides.

Grand'Maison, J. (1999). Quand le jugement fout le camp. Essai sur la déculturation. Montréal : Fides. 

mardi 12 juillet 2016

Élire des incultes en matière de société

En démocratie, plus souvent qu'autrement, nous passons les commandes à des gens qui ne possèdent aucune culture anthropologique, historique, philosophique, psychologique ou sociologique. Par contre, nous élisons la plupart du temps des individus formés à l'entrepreneuriat et aux finances. Ce n'est donc pas étonnant si l'on gère nos sociétés comme des entreprises et si la culture ne semble avoir d'intérêt que dans la mesure où elle est une industrie.

Ceux qu'il faut fuir et les autres

Il faut fuir ceux qui disent avoir toujours raison et chercher la présence de ceux qui doutent sans arrêt.

Cultiver l'insipidité et l'insignifiance

Dans les médias de masse, on donne la parole à des gens qui n'ont rien à dire, on invite des individus pour commenter des événements sans qu'ils aient la moindre expertise, bref, on cultive l'insipidité et l'insignifiance. 

dimanche 10 juillet 2016

Deux attitudes divergentes

Quand il s'agit de plaire aux puissances économiques, nos politiciens font preuve de courage. Quand il s'agit de travailler pour le bien du peuple, ils démontrent leur couardise.

Inculture programmée

Nous vivons à une époque d'inculture programmée ! Cela plaît aux puissants qui y gagnent beaucoup.

Gros mensonge

Un énorme mensonge entendu si souvent : «le monde est tel qu'il est, on n'y peut rien» ! Ou comment justifier le statu quo.

jeudi 7 juillet 2016

Une démocratie qui se meurt

Les puissants n'aiment pas la démocratie car elle nuit à leur pouvoir. Par conséquent, nos gouvernements - qui écoutent et obéissent aveuglément aux puissants - détruisent petit à petit la démocratie. Ce faisant, ils réduisent chaque jour la capacité des citoyens non seulement à se faire entendre mais aussi, plus fondamentalement, à se comporter en citoyens.

Diviser pour régner

Diviser pour régner ! Vieille maxime qui marche toujours et qui est abondamment utilisée par nos gouvernements. Il est plus simple pour eux de séduire une clientèle ciblée qu'un peuple tout entier.

Destruction massive

L'économie financiarisée n'existe pas pour créer de la richesse pour l'ensemble de la société. Elle détruit plutôt tout ce qu'il y a de bon dans l'humain.

Passer de citoyens à contribuables

Nos gouvernements, suivant en cela le diktat des milieux financiers, traitent le peuple non plus comme un ensemble de citoyens mais simplement comme un groupe de contribuables.

Quand notre vie bascule

Deux très bons romans qui parlent de ces moments où l'on pose un geste qui fait basculer notre vie et de la culpabilité qui s'en suit.

Lemaître, Pierre (2016). Trois jours et une vie. Paris : Albin Michel.

Stedman, M.L. (2013). Une vie entre deux océans. Paris : Stock. Paru originellement en anglais en 2012.

dimanche 3 juillet 2016

80 pléonasmes courants en français

  • Tiré du site : UN MOT APRÈS L'AUTRECONSEILS D'ÉCRITURE, CURIOSITÉS LITTÉRAIRES ET SOURCES D'INSPIRATION

  • Au jour d’aujourd’hui : un grand classique de l’oral. Pour insister sur le fait qu’un événement se déroule effectivement ce jour. Mais « hui » signifiant ce jour, et aujourd’hui étant ainsi lui-même un pléonasme, « au jour d’aujourd’hui », ça fait un peu beaucoup, non ?
  • Reporter à une date ultérieure : si on reporte, c’est pour plus tard.
  • Prédire à l’avance : prédire signifie anticiper, donc forcément à l’avance.
  • Une opportunité à saisir : dans « opportunité » il y a déjà la notion d’élément intéressant qu’il fait saisir.
  • Un tri sélectif : le fait de trier, c’est sélectionner, mettre de côté, séparer. Donc sélectif.
  • S’avérer vrai : s’avérer = se révéler exact.
  • Opposer son veto : veto en latin veut déjà dire « je m’oppose ». Donc, il oppose son veto = il oppose le fait de s’opposer. On dira « mettre son veto ».
  • Optimiser au maximum : optimiser veut déjà dire améliorer, avec la volonté d’atteindre le meilleur.
  • Demander d’un air interrogatif : là aussi, redondance.
  • Le danger potentiel : « danger » signifie qu’un péril est susceptible de survenir. Il est donc nécessairement « potentiel ».
  • Voire même : on écrira « voire » ou « même » mais pas les deux en même temps !
  • Certains verbes avec « complètement » (ou autre synonyme) : « finir complètement », « abolir totalement », « éliminer, détruire totalement », par exemple ne sont que redondance. Soit on a fini, soit on n’a pas fini ; soit on abolit, soit on n’abolit pas, pas de demi-mesure.
  • Réserver à l’avance (un restau, un voyage) : dans « réserver », il y a déjà l’idée d’anticipation.
  • S’autogérer soi-même : dans « auto », il y a la notion de « soi ».
  • Comme par exemple : soit on écrit « comme », soit « par exemple », mais pas les deux.
  • Applaudir des deux mains : avec une seule, c’est moins pratique.
  • Un bip sonore : je ne connais pas les bips lumineux par exemple.
  • Le but final : un but étant une finalité en soi…
  • Coopérer ou collaborer ensemble : le préfixe « co- » invite déjà à être ensemble.
  • Crier fort : on peut difficilement crier en murmurant, à moins qu’on puisse murmurer en criant…
  • Consensus commun : il peut peut-être exister des consensus partagés par une seule personne, mais j’en doute.
  • Courte allocution : je préfère toujours un long discours !
  • Une dune de sable : de quoi d’autre la dune… ? De cailloux ? Ce n’est plus une dune alors.
  • Une fausse perruque : donc de vrais cheveux sur la tête ?
  • Ils se rapprochent les uns des autres : lorsqu’on se rapproche, c’est les uns des autres, non ?
  • La marche à pied : elle est plus fatigante que celle à vélo, je vous l’accorde.
  • Perfection absolue : la perfection invite déjà à la notion de ce qu’il y a de mieux.
  • Période de temps : pourrait-on imaginer une période qui soit autre chose que du temps ?
  • Petit détail : assez courant comme pléonasme ; maintenant, un détail reste un petit point, sinon ce n’est plus un détail.
  • Puis ensuite : l’un ou l’autre, mon capitaine !
  • Préférer plutôt : quand on préfère, c’est plutôt une chose qu’une autre, non ?
  • Repasser une deuxième (ou seconde fois) : avec « re- », on indique déjà qu’on recommence.
  • Mauvais cauchemar : rares sont les cauchemars joyeux.
  • Monopole exclusif : un monopole partagé n’est plus vraiment un monopole.
  • Tollé de protestations : tollé = levée de protestations.
  • Le seul et unique : peut-on être pluriel dans l’unicité ? Je laisse les philosophes répondre.
  • Unanimité totale : une décision peut-elle faire l’unanimité de la moitié des personnes ?
  • Surprendre à l’improviste : quand on est surpris, c’est forcément par surprise !
  • Retour en arrière : difficile d’imaginer un retour en avant je crois.
  • Geler de froid : certes, quand c’est froid, ça peut brûler aussi, mais bon.
  • Commencer d’abord : il faut bien commencer quelque part, mais ce sera forcément en premier.
  • Un taux d’alcoolémie : alcoolémie = taux d’alcool dans le sang. Donc le taux d’un taux ? Pas simple.
  • Le faux prétexte : un prétexte c’est quelque chose qu’on invente, donc c’est par essence faux, non ?
  • Caserne (ou garnison) militaire : je ne savais pas qu’il existait des garnisons civiles.
  • Populations civiles : parle-t-on a contrario de populations militaires ?
  • Lorgner sur : on « louche sur », mais « on lorgne » (transitif direct) les bons gâteaux qui sortent du four !
  • Le principal protagoniste : les protagonistes de second plan sont-ils encore des protagonistes ?
  • Talonner de près : pour talonner faut être dans les talons. Donc pas trop loin quoi.
  • Un hasard imprévu : prévoir les choses peut-il occasionner du hasard ?
  • Répéter deux fois : si on « répète » c’est qu’on a déjà dit, donc au moins une fois, ce qui fait deux en tout ! Mais on peut dire bien sûr « répéter trois, quatre, dix fois… »
  • Dresser les cheveux sur la tête : a-t-on des cheveux ailleurs ?
  • C’est de lui dont je parle : dans « dont » il y a déjà « de ». Donc « c’est lui dont je parle » ou « c’est de lui que je parle ». Mais pas un mélange des deux.
  • Démissionner de ses fonctions : de quoi d’autre sinon ?
  • Un revolver à barillet : un revolver est une arme à barillet.
  • Mitonner lentement : mitonner du vite-fait, le résultat n’est pas garanti !
  • L’apparence extérieure : l’apparence intérieure est assez compliquée à catégoriser.
  • Autorisation préalable : si on autorise une action ou autre, c’est forcément avant de la faire.
  • Avertir (pronostiquer) à l’avance : une fois que le truc est passé, on ne peut plus trop avertir.
  • Claquer bruyamment la porte : on peut essayer de la claquer doucement, mais cela fera toujours du bruit…
  • Continuer encore : on peut s’arrêter de continuer, mais si on continue, c’est encore et encore… (et c’est que le début…)
  • Cotiser à plusieurs : eh oui, « co-» cela veut dire ensemble.
  • Importer de l’étranger : importer du pays où l’on est déjà, c’est compliqué.
  • Illusions trompeuses (ou mirage trompeur) : n’est-ce pas le but de l’illusion que de tromper ?
  • Au maximum de son apogée : très lourd, là, l’apogée étant déjà le maximum par définition.
  • S’aider mutuellement : s’aider tout seul, c’est pas le mieux pour progresser.
  • Les perspectives d’avenir : celles du passé ne sont plus trop des perspectives.
  • Un bref résumé : un long résumé n’est plus un résumé.
  • Dépenses somptuaires : somptuaire = relatif aux dépenses, notamment inutiles, ou luxueuses. Des taxes ou impôts peuvent être somptuaires, mais ce seront toujours quelque part des dépenses.
  • Les étapes successives : les étapes se suivent déjà.
  • Les méandres sinueux : un méandre est déjà tortueux, pas la peine d’en rajouter.
  • Devenir par la suite (ensuite) : devenir avant n’est pas facile.
  • Cadeau ou don gratuit : payer pour avoir un cadeau, c’est pas cool.
  • Un ciel constellé d’étoiles : consteller = étoile.
  • Averse de pluie : la pluie c’est forcément une averse.
  • Bourrasques de vent : une bourrasque, c’est déjà du vent, mais je n’espère pas que ce soit le cas de cet article !
  • Être devant une double alternative : en français, une alternative est une situation dans laquelle deux choix s’offrent, pas plus.
  • Hémorragie sanguine : de quoi d’autre peut-on saigner, à part du sang ?
  • S’esclaffer de rire : on peut s’esclaffer de ce pléonasme, mais ce sera de rire de toute façon ! S’esclaffer = pouffer, donc de rire.
  • Un haut building : un building peut être plus petit qu’un autre, certes, mais il reste de toute façon haut.
  • Des précédents par le passé : tout ce qui arrivera demain n’est pas vraiment un précédent.

samedi 2 juillet 2016

Jean Larose : un amoureux de la culture désespéré du sort qu'on lui réserve

Larose, J. (2015). Google goulag. Nouveaux essais de littérature appliquée. Montréal : Boréal. Collection «Papiers collés».

Larose, J. (2015). Essais de littérature appliquée. Montréal : Boréal. Collection «Papiers collés».

Écrits d'une grande révolutionnaire

Luxemburg, Rosa (2007). Dans l’asile de la nuit suivi de «lettres de ma prison». Paris : Éditions de l’Herne. Publié pour la 1ère fois en français en 1921 par «Les cahiers du travail».

(1871-1919), morte le 15 janvier, assassinée par le gouvernement allemand.

Des sociétés décadentes

La bêtise et l'indécence de nos sociétés atteignent des proportions inimaginables.

vendredi 1 juillet 2016

Mondialisation

La seule chose qui a vraiment été mondialisée, c'est le droit des investisseurs à spéculer partout sur la planète.

Une idée utile

Rien de plus utile aux pouvoirs en place que cette idée que l'individu se fait lui-même.

Fatigue

L'Occident est fatigué mais le Québec l'est encore plus.

Mourir de l'indifférence

Plus que la haine c'est l'indifférence qui tue la culture.

Le meilleur des mondes est en marche

Notre monde commence à ressembler de plus en plus au «meilleur des mondes» imaginé par Aldous Huxley. Perspective angoissante !

Contre le peuple

La démocratie c'est le pouvoir exercé par le peuple. Or, actuellement le pouvoir s'exerce contre le peuple.