Bienvenue

Mes autres sites :

EDUPHILOSOCIO
https://sites.google.com/site/eduphilosocio/
DÉBUTS EN ENSEIGNEMENT
https://sites.google.com/site/debutsenenseignement/

Pour me rejoindre : Stemar63@gmail.com

mardi 27 septembre 2016

Un intéressant entretien

Girard, Mathilde; Nancy, Jean-Luc (2015). Proprement dit. Entretien sur le mythe. Paris : Lignes.

La 1ère est philosophe et psychanalyste. Le second est philosophe et professeur émérite de l'Université de Strasbourg.

Un étrange journal

Bloy, Léon (2011). Mon journal (1892-1917). Édition électronique. Éditions Norph-Nop.

Écrivain français (1846-1917), catholique et polémiste.

Un journal très critique de son époque, de la France, du Danemark (où il réside pendant un an), des protestants, mais aussi des catholiques qui manquent de ferveur, des prêtres incultes, des bourgeois égoïstes. En fait, un ouvrage au langage souvent violent où l'écrivain tire à boulets rouges sur tout ce qui bouge en ce bas monde. Une oeuvre étrange, fascinante par son extrémisme.

lundi 26 septembre 2016

Parler de «culturalité» plutôt que de culture dans les relations interculturelles

Faire usage du concept de culturalité...
C’est prendre acte du métissage de nos cultures, c’est refuser le mythe de la culture unitaire et homogène.
C’est mettre l’accent sur la fluidité, la complexité, le contradictoire, c’est refuser de réduire autrui à n’être qu’un porteur de culture et le voir comme créateur de culture, comme interprète de ce qui le constitue.
C’est refuser la causalité culturelle comme seule et unique explication des relations avec l’altérité.
C’est passer d’une analyse en termes de structures et d’états à celle en termes de processus.
C’est se rendre compte que la compréhension ne relève pas de l’ordre de l’inventaire (une description des traits culturels demeure toujours réductrice).
C’est comprendre que si la culture détermine dans une certaine mesure les comportements, en retour l’individu «utilise» la culture pour «dire et se dire».
Références :
Abdallah-Pretceille, M. (1999). L’éducation interculturelle. Paris: PUF.

Abdallah-Pretceille, M., Porcher, L. (1996). Éducation et communication interculturelle. Paris: PUF.

Porcher, L., Abdallah-Pretceille, M. (1998). Éthique de la diversité et éducation. Paris: PUF. 

Rapport de l'enseignant à son objet de travail

•Le rapport de l’enseignant à son objet de travail (les élèves) se caractérise de la manière suivante :
•la relation enseignant / élève est tout autant enrichissante que frustrante;
•il n’existe pas de relation typique, uniforme et universelle des enseignants à leurs objets (les élèves);
•la relation des enseignants aux élèves est marquée d’une tension au sens où elle est la principale source de satisfaction tout en étant la principale source de difficultés;
•la relation aux élèves (à l’objet de travail) est aussi source de découverte de soi comme personne et comme professionnel;
•la relation aux élèves véhicule des problèmes et des dilemmes qui, souvent, n’ont pas de solution simple et infaillible;

•la relation aux élèves ne se déroule pas dans un vide social et culturel, au contraire l’environnement social et culturel influence le contexte scolaire. 

Qu'est-ce qu'une représentation ?

En sciences humaines et sociales, le concept de représentation est souvent utilisé. On parle alors d'un :
Un ensemble organisé d’opinions, d’attitudes, de croyances ou de savoirs se référant à un objet, un événement, une situation, un phénomène.

Une représentation implique des interprétations, des émotions, des valeurs. 

Brève remarque sur le travail enseignant

•Le travail enseignant est un travail sur l’humain. Il se distingue donc à la fois du travail sur la matière et de celui sur les symboles. Travailler sur de l’humain c’est nécessairement travailler non seulement avec ce qu’on est (la personnalité devient une technique de travail) mais c’est aussi obligatoirement courtiser le consentement, le persuader de la justesse de notre action pour qu’il y participe. En outre, pour l’enseignement se pose la question du travail auprès d’un collectif. Travailler auprès d’un collectif pose deux types de problèmes : 
•celui de l’équité du traitement;

•celui du contrôle du groupe.

Certaines caractéristiques de l’identité professionnelle

Elle est vécue subjectivement;
Elle résulte de la conscience d’appartenir à un groupe de praticiens;
Elle se définit par opposition et différenciation(individu/environnement/collectivité);
Elle s’appréhende par un ensemble de représentations.

Quelques remarques sur la profession enseignante

Enseignement, une profession en danger.
Dont l’identité est relativement fragile.
Une profession soumise à des influences diverses et divergentes.
Une profession en relation tendue avec la culture universitaire.
Un milieu de pratique véhiculant beaucoup d’injonctions, souvent contradictoires.
La profession enseignante vit actuellement dans un contexte où les pressions sociales sont très fortes pour le développement professionnel tout en voyant ses marges de manœuvres fortement limitées par les politiques et les réglementations adoptées (notamment celles relevant des budgets octroyés).

Pris entre des logiques contradictoires – logiques du travail, de la formation universitaire, des organisations bureaucratiques, etc. – l’enseignant n’a d’autre choix que de développer des mécanismes de survie afin de maintenir un certain équilibre.

Quelques mots sur le développement professionnel

Le développement implique un changement intérieur et non seulement un changement des comportements.
Et ce changement doit être durable.
Le développement n’est pas un processus linéaire.
Pour qu’il y ait développement, il faut des transformations en profondeur.
Le développement devrait aussi se traduire par une capacité accrue à s’adapter à des situations nouvelles.

Le développement est à la fois individuel et collectif.

dimanche 25 septembre 2016

Une riche réflexion sur l'épistémologie

Coutellec, L. (2015). La science au pluriel. Essai d’épistémologie pour les sciences impliquées. Versailles : Éditions Quae. Collection «sciences en questions».

Pour dépasser la vision classique des sciences.

samedi 24 septembre 2016

Drame

Un des grands drames de nos démocraties c'est que tous parlent en même temps et que personne n'écoute autrui.

Raisonner bêtement

Prendre son expérience personnelle pour un savoir universel c'est non seulement faire un sophisme mais c'est aussi raisonner bêtement.

Nation normale

Un peuple qui n'est pas totalement souverain ne peut être une nation normale.

dimanche 18 septembre 2016

vendredi 16 septembre 2016

Nation

Noiriel, Gérad (2015). Qu’est-ce qu’une Nation ? Le «vivre ensemble» à la française. Réflexions d’un historien. Paris : Bayard.

Un petit bouquin (105 pages) qui, bien qu'ancré dans une expérience spécifique (celle de la France), n'en est pas moins éclairant pour toute personne voulant réfléchir sur ce qu'est une nation et sur les défis du «vivre ensemble» dans un contexte pluraliste.

Un appel

Plus on ignore un appel, plus il résonne avec force à nos oreilles.

Tâche difficile

Harmoniser le dire et le faire...une tâche si difficile !

Dérive...

L'être humain a tôt fait de se croire tout puissant !

mercredi 14 septembre 2016

Recherche et vérité

C'est dans la recherche constante de la vérité que se trouve la vérité.

Jean Grondin, un philosophe québécois à lire

Grondin, J. (2013). Paul RicoeurParis: PUF. Que sais-je?

Grondin, J. (2012). La philosophie de la religion. Paris: PUF. Que sais-je? 3e édition.

Grondin, J. (2011). Hans-Georg Gadamer. Une biographie. Paris : Grasset.

Grondin, J. (2011). À l'écoute du sens : entretiens avec Marc-Antoine Vallée. Montréal : Bellarmin. Collection L'essentiel.

Grondin, J. (2011). L’herméneutique. Paris : PUF. Que sais-je? 3e édition.

Grondin, J. (2004). Introduction à la métaphysique. Montréal : Les Presses de l'Université de Montréal.

Grondin, J. (2003). Du sens de la vie. Montréal : Bellarmin. Collection L’essentiel.

Grondin, J. (2003). Le tournant herméneutique de la phénoménologie. Paris : PUF. Collection Philosophies.

mardi 13 septembre 2016

Christoph Willibald Gluck

Christoph Willibald, Ritter [chevalier] von Gluck était un compositeur allemand de la période classique spécialiste de l'opéra. Il naît à Erasbach, dans l'électorat de Bavière, le 2 juillet 1714 et décède à Vienne, dans l'archiduché d'Autriche le 15 novembre 1787.

D’udine, Jean (2014) Gluck. Ebook. Bleu nuit éditeur. Première publication en 1906.

Un ouvrage vieillot mais qui n'est pas sans intérêt pour faire connaissance avec cet important compositeur qui réforma l'opéra de son temps.

lundi 12 septembre 2016

Effets de mode

Nous sommes tous sensibles aux effets de mode et ce, dans quelque domaine de l'activité humaine que ce soit. Encore faut-il le reconnaître.

Bêtise et sagesse

Même les plus sages sont parfois bêtes, seulement ils ont la sagesse de le reconnaître.

Humilité

L'humilité devrait dicter nos actes. Or, c'est tout le contraire qui se produit.

La vérité

La vérité est une recherche pas une possession.

samedi 10 septembre 2016

Au delà de la croyance

Il ne suffit pas de croire que le monde va s'améliorer, il faut travailler pour que cela arrive vraiment.

lundi 5 septembre 2016

Plus ça change plus c'est pareil

Rien n'a fondamentalement changé depuis l'époque de Socrate, ceux qui cherchent évoluent parmi des somnambules.

Les certains d'eux-mêmes

Rien de plus arc-boutés sur leurs certitudes que ceux que la vie a choyé.

De dangereux pathétiques

Ils seraient pathétiques s'ils n'étaient pas si dangereux, ceux qui croient être les seuls dépositaires de la raison.

Médias de masse

Si les médias de masse informaient vraiment, on les aurait fermés depuis longtemps.

Quand une grande interprète du clavecin discute avec un grand compositeur



Landowska, Wanda; de Falla, Manuel (2016). Wanda Landowska – Manuel de Falla : Correspondance 1922-1931. Mémé et le moine, une amitié précieuse. Rédaction, présentation, annotation, textes par Loes Dommering-van Rongen. Pays-Bas : Amsterdam Publishers.

vendredi 2 septembre 2016

Droits des citoyens

N'oublions jamais que les droits des citoyens ne sont pas des dons faits par les États mais les fruits de victoires acquises de hautes luttes.

S'indigner

Perdre la capacité à s'indigner c'est ouvrir la porte à tous les abus de la part des États.

Répression

Même dans les sociétés dites «libres», dès qu'un État se sent menacé par le peuple, il a recours à la répression plutôt qu'au dialogue. Ainsi va la logique de la protection des privilèges.

La lecture

La lecture ne remplace pas l'expérience concrète du monde, elle la complète et l'enrichit.

Insuffiance de la culture

La culture est toujours insuffisante...cela fait partie de sa beauté !

Vaine recherche

À la tête de nos gouvernements il y a des politiciens et des politiciennes mais on cherche en vain les hommes et les femmes d'État.

Crédulité

Il faut une bonne dose de crédulité pour croire que nous vivons en démocratie.

Des ignorants

Nos gouvernants prétendent diriger la société alors qu'ils sont ignorants de l'anthropologie, de l'histoire, de la philosophie, de la sociologie. Du haut de leur ignorance, ils regardent le peuple et croient savoir ce qui est bon pour lui quand, en fait, ils ne savent qu'être les valets des puissants.

Une question à propos des voyages de nos élus à l'étranger

Lorsqu'ils vont à l'étranger, nos gouvernements sont-ils autres choses que des lobbyistes pour les entreprises privées ?

Promesse économique

La seule chose que nous promettent les puissances économiques c'est la reconduction année après année de la sauvagerie qu'elles produisent.

Société mourante

Une société incapable de générer des utopies est une société qui se meurt.

Comprendre la liberté

Entendre la liberté comme le droit de tout faire, c'est ne rien comprendre à la liberté.

jeudi 1 septembre 2016

Absence de continuité

Quand la continuité est honnie, la bêtise a des bonnes chances d'être de la partie.

Amnésie

Une société amnésique répète toujours les mêmes erreurs.