Bienvenue

Mes autres sites :

EDUPHILOSOCIO
https://sites.google.com/site/eduphilosocio/
DÉBUTS EN ENSEIGNEMENT
https://sites.google.com/site/debutsenenseignement/

Pour me rejoindre : Stemar63@gmail.com

dimanche 30 avril 2017

Le Québec change. Chroniques sociologiques

Professeur émérite de l'Université Laval, le sociologue Simon Langlois nous offre un ouvrage instructif au meilleur sens du terme. Divisé en courts chapitres, ce livre permet de mieux comprendre les changements que connaît la société québécoise et les tendances qui se dessinent pour son futur.

Langlois, S. (2016). Le Québec change. Chroniques sociologiques. Montréal : Del Busso.

mercredi 26 avril 2017

Deux grands classiques à lire



Érasme (2012). Éloge de la folie. Édition Humanis. Collection classiques. Traduction de Pierre de Nolhac de 1936. Première édition parue en 1511 en latin.

More, Thomas (sans date). L’Utopie. Édition La Bibliothèque Digitale. Traduction de Victor Stouvenel, 1842. Paru originellement en 1516.

dimanche 23 avril 2017

Cynisme et fatalisme

À qui profite le cynisme et le fatalisme des citoyens ? Poser la question c'est y répondre !

mercredi 19 avril 2017

Une leçon à méditer

Le mythe d'Adam et Ève nous met en garde contre une tendance bien humaine. Quand il se prend pour Dieu en voulant tout connaître et tout manipuler, l'être humain fait son malheur. Des mythes du même genre se retrouvent d'ailleurs dans bien d'autres cultures et religions. Or, de cette vérité toute simple, nous n'avons rien appris et nous continuons encore, par notre science et notre technologie, à vouloir tout contrôler.

mardi 18 avril 2017

Riccardo Petrella : un critique sévère des dérives de notre monde actuel

Économiste et politologue, professeur à l'Université catholique de Louvain en Belgique.

Petrella, R. (2007). Pour une nouvelle narration du monde. Montréal : Écosociété.

Petrella, R. (2004). Désir d’humanité. Le droit de rêver. Montréal : Écosociété.

Petrella, R. (2000). L’éducation victime de cinq pièges. À propos de la société de la connaissance. Montréal : Fides. 

Ouvrages publiés il y a quelques années déjà mais toujours d'actualité.

lundi 17 avril 2017

Les choix du capitalisme

Entre le savoir et l'argent, le capitalisme choisira toujours l'argent. Entre la culture et l'argent, le capitalisme choisira toujours l'argent. Entre l'éthique et l'argent, le capitalisme choisira toujours l'argent. Entre les droits de l'individu et l'argent, le capitalisme choisira toujours l'argent. Entre la paix et l'argent, le capitalisme choisira toujours l'argent. Pourtant, c'est à ce système mortifère que, au fil des décennies, nous avons laissé le champ de plus en plus libre ! Or, ce n'est qu'en le tenant en laisse que l'on peut contrôler la nature prédatrice du capitalisme.

Suffisants

Ils voyagent partout dans le monde, d'hôtels 5 étoiles en hôtels 5 étoiles, de restaurants huppés en restaurants huppés et, suffisants, ils prétendent connaître le monde.

Un merveilleux livre pour une oeuvre sublime

Siblin, Eric (2012). Les suites pour violoncelle seul : En quête d’un chef-d’œuvre baroque. Montréal : Fides. Paru originellement en anglais en 2009.

Écrit fascinant sur une oeuvre intemporelle du grand Jean-Sébastien Bach.

dimanche 16 avril 2017

Des voix fragiles

De grandes voix, partout et de tout temps, se sont élevées contre la bêtise, la haine et la violence. Partout et de tout temps, des abrutis ont tout fait pour que ces voix se taisent ou qu'elles ne soient pas entendues.

Toucher le vrai

Nous croyons toucher le vrai par la technique quant, en fait, celle-ci nous en éloigne.

Beauté

La beauté ne se trouve pas dans les productions formatées, elle se débusque dans des œuvres sincères.

jeudi 13 avril 2017

Domination

Parce que l'esprit technicien est puissant, nous croyons tout dominer. Ce faisant, nous démontrons que nous ne nous dominons pas.

Histoire

Nous sommes histoire et pourtant nous agissons comme si nous étions émergence spontanée.

Maîtrise du langage

Nous ne sommes jamais les maîtres du langage, c'est plutôt lui qui nous domine.

Définition de l'élite économique

Élite économique : animal nuisible et égocentrique, spécialisé dans l'art de se raconter des histoires pour justifier ses privilèges.

Un régime politique que certains abominent

La démocratie - la vraie - n'est pas un régime politique que l'élite apprécie car elle va à l'encontre de ses intérêts.

Néfaste idéal

Quand l'idéal de carrière du chercheur est à l'image d'une vedette du show-biz, c'est le savoir savant qui y perd.

Avancer à petits pas

Comprendre un phénomène ou un objet c'est avancer à petits pas dans un questionnement continuel, ce n'est pas apposer brutalement ses certitudes.

mardi 11 avril 2017

S'excuser de vivre

Je nous vois, les francophones du Québec, de plus en plus nous s'excuser d'être ce que nous sommes. L'idéologie multiculturelle « canadian » semble avoir gagné toutes les consciences.   

« Avoir de l'expérience »

« Avoir de l'expérience », c'est savoir qu'on ne peut être totalement maître des événements.

lundi 10 avril 2017

Se comprendre comme une chose

L'être humain veut tellement se comprendre comme une chose qu'il finira par en devenir une.

Ignorance persistante

C'est par ignorance que l'on applique encore tous azimuts les méthodes des sciences de la nature aux sciences humaines et sociales.

samedi 8 avril 2017

Tuer la pensée libre

Quand, dans nos universités, il ne restera plus aucun érudit, aucun intellectuel, aucun professeur en lettres, en philosophie ou en sciences humaines et sociales, quand ces vénérables institutions ne seront plus que l'ombre d'elles-mêmes et qu'elles ne seront plus habitées que par de serviles savants réduits au rôle de techniciens pour les «décideurs et les investisseurs», alors, l'offensive des «gestionnaires» sera terminée, ils auront réussi leur mission : tuer la pensée libre.

Pour comprendre le courant transhumaniste

Hottois, Gilbert (2014). Le transhumanisme est-il un humanisme ? Bruxelles : Éditions Académie Royale de Belgique. Collection, L’Académie en poche.

Un éminent philosophe globalement favorable à ce courant mais qui l'explique clairement et intelligemment sans en masquer les difficultés et les faiblesses.

vendredi 7 avril 2017

Bien triste préférence

Nos universités actuelles valorisent davantage l'argent provenant des fonds de recherche que la culture provenant de la pensée.

Étrange animal

L'être humain est cet étrange animal parfois capable de se sacrifier pour sauver ses semblables mais, trop souvent, tout aussi capable de sacrifier ses semblables pour se sauver.

jeudi 6 avril 2017

Qualité d'une recherche

C'est moins la rigueur de la méthode que la pertinence du questionnement qui fait la qualité d'une recherche.

Personnalité du chercheur

En raison même de son objet, en sciences humaines et sociales, « la personnalité du chercheur » fait partie intégrante du processus de construction de la connaissance. Cela n'est pas une faiblesse scientifique, c'est une assurance de la pertinence humaine du questionnement.

Pas de garantie

En recherche, aucune méthode, même la plus rigoureuse, ne peut garantir l'atteinte de la vérité.

Comprendre autrement

Comprendre, c'est toujours comprendre autrement.

Surplomb

Il n'y a pas de connaissance en surplomb !

Connaissance en sciences humaines et sociales

Toute connaissance en sciences humaines et sociales est historiquement enracinée, à la fois dialogue avec le passé et questionnement du présent en vue d'une compréhension future.

Discours et parole

Tout discours est situé, toute parole est motivée.

Comprendre

Comprendre une chose, c'est aussi se comprendre.

Donnée brute

Une donnée brute, ça n'existe pas !

Chose comprise et totalité

La chose comprise l'est toujours en fonction d'une totalité préalable.

mercredi 5 avril 2017

Question aux recherches statistiques

Aux recherches statistiques, on dit souvent « qu'elle est votre méthodologie », tournant ainsi la critique qu'on leur adresse vers le seul critère de la rigueur des instruments et des mesures. Plus profondément, il faudrait d'abord leur demander « qu'elle est la légitimité et la pertinence des questions auxquelles vous prétendez apporter des réponses ».

Pensée psychopathique

Nous avons permis qu'un système de pensée psychopathique - le néolibéralisme et son capitalisme financier - détermine notre devenir collectif.

Valorisation

Nous ne valorisons ni la connaissance, ni la sagesse, nous valorisons le pouvoir d'action.

Beau paradoxe

Plus la recherche se pare des oripeaux de l'objectivité, moins elle réfléchit à ce qu'elle fait vraiment.

Enlisement

Plus les sciences humaines et sociales s'enlisent dans le « méthodologisme », plus elles s'éloignent de la compréhension de leur objet.

Stupidité

Quoi de plus stupide qu'un stupide savant !

Quatre ouvrages particulièrement appréciés

Éric-Emmanuel Schmitt :

Un auteur toujours intéressant...


  • Schmith, E.-E. (2015). La nuit de feu. Paris : Albin Michel.
  • Schmith, E.-E. (2010). Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent….suivi de Kiki van Beethoven. Paris : Albin Michel.
  • Schmith, E.-E. (2005). Ma vie avec Mozart. Paris : Albin Michel.
  • Schmith, E.-E. (2001). La part de l’autre. Paris: Albin Michel.

mardi 4 avril 2017

Vers nulle part sans raison

Tels des somnambules, nous avançons sans savoir ce que nous faisons et où nous allons.

Compréhension et altérité

Il n'y a pas de compréhension sans ouverture à l'altérité (d'un objet, d'un phénomène, d'un texte, d'une personne).

lundi 3 avril 2017

L'art

L'art est exigeant et demande une longue préparation tant pour celui qui le fait que pour celui qui le fréquente. C'est pourquoi une immense portion de nos contemporains n'en veut plus et lui préfère le divertissement. De la sorte, nos sociétés produisent moins des artistes que des vedettes.

Jadis, il y eut des universités...

Les universités sont de moins en moins des universités et de plus en plus des écoles de formation professionnelle.

Valorisation de la science

Dans cette civilisation superficielle qu'on nous impose - mais, aussi, que nous participons à construire - une science est valorisée si, et seulement si, elle peut transformer son savoir en capacité d'action sur le monde (en produisant des technologies ou en proposant des modes de gestion du monde naturel ou du monde humain).

Un productivisme qui se fait passer pour une quête du savoir

Nous parlons d'une société du savoir. Nous disons valoriser la connaissance et la science. En fait, ce que nous chérissons vraiment c'est la production; et plus profondément, la valeur marchande de ce qui est produit.

Une science qui ne s'interroge pas

La science est tellement occupés à faire, qu'elle oublie plus souvent qu'autrement de s'interroger sur le sens de ce qu'elle fait.

Définition du scientifique

Scientifique : individu hyper-spécialisé et hautement qualifié qui travaille toute sa vie sur un petit objet en ignorant tout le reste.

La science

La science est merveilleuse et fascinante mais elle est naïve !

Objectivité et subjectivité

En épistémologie, dans l'éternel débat sur l'objectivité et la subjectivité, on oublie trop souvent que la première n'est pensable que par la seconde.

dimanche 2 avril 2017

Un étonnement étonnant

Dans un monde voué à l'argent ce qui étonne c'est que l'on trouve étonnant que l'argent passe avant tout.